Home > Actualités > Encore un plan d'urgence pour continuer dans le mur !
Partager sur :
ELEVAGE
21.11.2016

Encore un plan d'urgence pour continuer dans le mur !

21.11.2016 -
Stéphane Le Foll a présenté vendredi de nouveaux dispositifs pour faire face à la crise agricole. Alors que les premières annonces pouvaient laisser supposer une prise de conscience de la réalité des paysannes et paysans, celles-ci reviennent aux vielles méthodes qui ont prouvé leur inefficacité : financer un modèle exportateur et industrialisé qui fera perdurer la crise

 

L'actu

Nouveau plan d'urgence : Stéphane Le Foll annonce une aide de 150€ par jeune bovin vendu et de 1000€ par éleveur laitier
 

"Nous allons mettre en place une aide de 150€ par jeune bovin vendu dont le poids carcasse sera inférieur à 360kg entre janvier et février", a annoncé Stéphane le Foll, le 18 novembre lors d'une conférence de presse. Il s'agit, selon lui, de favoriser une diminution de la quantité de viande disponible sur le marché, afin de soutenir les prix. Il a également annoncé une aide de 1 000€ par producteur laitier ayant intégré le Plan de soutien à l'élevage (demande d'aide) et membre d'une organisation de producteurs ou d'une coopérative. Cela concernerait environ 23 000 exploitations (enveloppe de 23 millions d'euros). L'argent utilisé pour ces mesures est issu des 500 millions d'euros attribués par Bruxelles en juin dernier pour faire face à la crise laitière en Europe (49,9M€ pour la France, enveloppe doublée par l'État). Du côté des négociations commerciales, il a appelé à des négociations "dans des conditions de responsabilités mutuelles", affirmant qu'une "réunion du comité de suivi" se tiendra en décembre et que "la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) ferait appliquer la loi".

Source : agrafil du 21 novembre 2016
 

 

 

Ce qu'en pense la Conf

Plan d'urgence : Financer un état de crise permanent



Stéphane Le Foll a présenté vendredi de nouveaux dispositifs pour faire face à la crise agricole. Alors que les premières annonces pouvaient laisser supposer une prise de conscience de la réalité des paysannes et paysans, celles-ci reviennent aux vielles méthodes qui ont prouvé leur inefficacité : financer un modèle exportateur et industrialisé qui fera perdurer la crise.

Dans le secteur de la viande bovine, le ministre instaure une aide temporaire à l'abattage de jeunes bovins de moins de 360 kg de carcasse. Il s'agirait d'une mesure de gestion de la surproduction sauf qu'il n'existe pas de débouché pour ces animaux ! Ainsi, les plus gros engraisseurs maximiseront les primes puisque le ministre n'a pas jugé bon d'instaurer un plafond, et leurs taurillons serviront uniquement de minerai, accentuant au passage la volatilité des marchés à l'origine de la crise. Il aurait été plus efficace et plus juste de contribuer au développement des filières de qualité en adéquation avec la demande. De plus, à la différence du soutien aux éleveurs laitiers, cette mesure n'est pas ciblée en direction des plus en difficulté. En clair, les éleveurs allaitants qui en ont besoin ne profiteront que très peu de cette enveloppe, qui était pourtant censée leur être destinée !

Malgré ce que cherchent à faire croire les responsables agricoles, la crise n'est pas finie. Il est scandaleux que Stéphane Le Foll fasse référence à une augmentation du prix du lait alors qu'il est encore inférieur à 0,30€ ! Ces annonces montrent clairement une volonté d'accepter que les paysans restent la variable d'ajustement des crises. Les mesures sociales, proposées par la Conf' et annoncées par Manuel Valls, doivent être mises en place d'urgence, mais il y a de quoi s'inquiéter. En effet, dans les départements, les MSA* n'ont plus les moyens humains et financiers de les mettre en œuvre. La Confédération paysanne n'acceptera pas qu'on fasse le choix de sauver la production et pas les producteurs ! On ne sortira de cette situation qu'avec de véritables mesures de soutien aux paysannes et paysans, des outils de régulation des marchés, et un accompagnement dans la transition vers l'agriculture paysanne !
 

Source : Communiqué de presse du 21 novembre 2016 / Confédération paysanne

NOUS CONTACTER Mentions légales Confédération Paysanne du Rhône -
58 rue raulin - 69007 LYON - 04 78 38 33 97 - 69[at]confederationpaysanne.fr