Home > le Réveil Paysan > n° 119 - juillet 2020
Partager sur :

le Réveil Paysan


20 euros (4 numéros) par an pour
  • s'informer avec un autre regard sur l'actualité agricole du Rhône
  • soutenir la Confédération Paysanne du Rhône


(Bulletin d'abonnement en bas de cette page)

Vous pouvez consulter l'edito et le sommaire du numéro en cours. Les anciens numéros sont téléchargeables 3 mois après leur sortie (voir-ci-contre, rubrique "archives")

 

Un journal régulier et de qualité


Depuis 3 ans, de gros efforts ont été faits pour améliorer le contenu et la présentation du Réveil Paysan. Aujourd'hui, le nombre d'abonnement est en hausse et tout le monde s'accorde à dire que le journal est clair, facile à lire, avec des sujets intéressants et locaux qu'on ne lit pas ailleurs.



Un autre éclairage agricole


La Chambre d'agriculture du Rhône, qui est pourtant la maison de tous les agriculteurs,  finance exclusivement l'hebdomadaire agricole du syndicat majoritaire. Imaginez un instant qu'une chaîne publique ne diffuse que les communiqués de presse du parti au pouvoir ! En vous abonnant au Réveil Paysan, vous aurez un autre éclairage sur l'actualité agricole du Rhône, pour vous faire VOTRE opinion.



Une façon de soutenir la CP69


En vous abonnant, vous permettez à la Confédération Paysanne de continuer à donner la parole à d'autres voix paysannes. Paysans et paysannes du Rhône, vous pouvez aussi adhérer pour faire vivre nos idées, défendre
l'agriculture paysanne et œuvrer pour la défense de notre revenu et de nos droits.


Le numéro du mois

n° 119 - juillet 2020
Editorial
Sommaire Dossier Archives

Editorial

Pour un monde d’après solidaire !



Nous voilà donc arrivés dans le monde d'après. Ou presque... la pandémie de coronavirus étant loin d'être terminée, notamment dans certains pays d'Amérique ou d'ailleurs, dont les dirigeants ont géré la crise pour le moins à la légère. La vigilance reste donc de mise et le doute persiste sur l'évolution de la pandémie.

Par contre le doute ne persiste pas sur la crise économique qui s'annonce brutale. Je ne parle pas des marchés financiers qui se portent au mieux, notamment les GAFA. Je parle bien des plans sociaux et de leur brutalité. Quelle indécence à engranger profits et dividendes démesurés quand une grande partie de la population est en voie de paupérisation avancée !

Cela donne vraiment envie de pousser un coup de gueule. Quand est ce qu'on en finira avec ce système libéral ou quelques dizaines de personnes possèdent autant que la moitié de l'humanité. C'est d'autant plus révoltant que ce n'est pas une fatalité. Des solutions existent pour un monde plus humain, plus solidaire. Et elles sont politiques : relocaliser les industries, les services et la production agricole, redistribuer davantage de richesses aux personnes défavorisées. En agriculture, ré-orienter la PAC* vers une meilleure répartition des aides, et favoriser les systèmes les plus écologiques et les plus créateurs d'emplois.

Cela fait des années (que dis-je, des dizaines d'années) que la Confédération Paysanne lutte contre ce système économique inégalitaire. Mais pas seulement, notre syndicat se veut en effet force de proposition à travers son projet d'agriculture paysanne.

Cette crise a révélé un peu plus les inégalités,
dans le confinement, dans l'accès à une nourriture saine. C'est pourquoi, nous souhaitons mettre en avant un projet de sécurité sociale alimentaire, permettant à tout le monde d'accéder à des produits locaux conventionnés.

Nous ne sommes bien évidemment pas les seuls à œuvrer
pour un monde plus vivable. La jeunesse se lève pour la transition énergétique, la solidarité s'exprime partout. Nous avons pu le constater pendant la pandémie, envers les soignants, les voisins, etc… Localement aussi, depuis des années déjà les initiatives se multiplient. Vous en trouverez un exemple dans l'article sur l'association "pour une alimentation solidaire" qui vend pour un prix modique des produits agricoles invendus à ses bénéficiaires en précarité.

Mais voilà, les lobbys sont puissants. Devant la promesse de création d'emplois, la tentation est grande pour le politique d'autoriser  ici la construction d'une autoroute, là-bas une plateforme logistique. L'expérience nous montre pourtant que ces projets, qui apportent seulement quelques emplois à court terme, quand elle ne les déplace pas, détruisent des terres agricoles, l'environnement et finalement l'emploi à long terme. En agriculture, on découvre notre troisième ministre de l'agriculture du quinquennat. Saura-t-il être assez fort pour réorienter le système ? On peut en douter.

Nous devrons donc compter sur nos propres forces
et celles de nos partenaires pour montrer encore et encore qu'un autre monde est possible, plus sobre, plus décarboné, plus solidaire, et qu'il est porteur d'espoirs et d'avenir.

 

Bernard FERLAY

Paysan à Grézieu-le-Marché

NOUS CONTACTER Mentions légales Confédération Paysanne du Rhône
58 rue raulin - 69007 LYON - 04 78 38 33 97 - 69[at]confederationpaysanne.fr