du Rhône

le Réveil Paysan


16 euros (4 numéros) par an pour
  • s'informer avec un autre regard sur l'actualité agricole du Rhône
  • soutenir la Confédération Paysanne du Rhône


(Bulletin d'abonnement en bas de cette page)

Vous pouvez consulter l'edito et le sommaire du numéro en cours. Les anciens numéros sont téléchargeables 3 mois après leur sortie (voir-ci-contre, rubrique "archives")

 

Un journal régulier et de qualité


Depuis 3 ans, de gros efforts ont été faits pour améliorer le contenu et la présentation du Réveil Paysan. Aujourd'hui, le nombre d'abonnement est en hausse et tout le monde s'accorde à dire que le journal est clair, facile à lire, avec des sujets intéressants et locaux qu'on ne lit pas ailleurs. Le journal est passé de 8 à 12 pages il y a un an, dont 4 en couleur, sans hausse de tarif.



Un autre éclairage agricole


La Chambre d'agriculture du Rhône, qui est pourtant la maison de tous les agriculteurs,  finance exclusivement l'hebdomadaire agricole du syndicat majoritaire. Imaginez un instant qu'une chaîne publique ne diffuse que les communiqués de presse du parti au pouvoir ! En vous abonnant au Réveil Paysan, vous aurez un autre éclairage sur l'actualité agricole du Rhône, pour vous faire VOTRE opinion.



Une façon de soutenir la CP69


En vous abonnant, vous permettez à la Confédération Paysanne de continuer à donner la parole à d'autres voix paysannes. Paysans et paysannes du Rhône, vous pouvez aussi adhérer pour faire vivre nos idées, défendre
l'agriculture paysanne et œuvrer pour la défense de notre revenu et de nos droits.


Le numéro du mois

n° 112 - octobre 2018
Editorial
Sommaire Dossier Archives

Editorial

On a changé de ministre ?



Vous n'avez peut être pas vu passer l'info mais on a changé de ministre ! C'est vrai que Stéphane Travert était plus que discret quand il fallait défendre les paysans... On se demande encore à quoi à servi tout le tintamarre des Etats Généraux de l'Alimentation et le beau discours de Rungis peaufiné par Macron. Partir des coût de production pour établir un prix d'achat, la montée en gamme, la sortie accompagnée du glyphosate… disparus ! Ministre d'arrière-garde, il n'y a que la FNSEA* et Christiane Lambert qui pleurent son départ...« M. Travert restera le ministre des États généraux de l'alimentation, c'est un homme d'écoute, de terrain et pragmatique». C'est vrai que le pragmatisme, c'est de ne rien changer...

Il a voulu organiser l'approvisionnement des cantines publiques. Très bien ! Avec la nouvelle loi, demain les paysans qui livrent des yaourts à l'école ou à la maison de retraite du village vont devoir remplir un épais dossier de marché public... Travert a pris son chemin favori et a conclu la loi sur les état généraux de l'alimentation en considérant que c'est aux filières de s'organiser par elles-mêmes pour apporter un revenu aux paysans. Merci et bon vent !

Mais alors qui lui a succédé ? Un sénateur de la Drôme, un certain Didier Guillaume. Pas d'idées sur le monde agricole, pas de point de vue, pas un commentaire sur le fiasco de Synutra et encore moins sur son rachat délirant par Sodiaal. Une petite phrase pleine de méconnaissance sur la mise en marché des produits phytosanitaires et les études épidémiologiques.

Alors que la réforme de la PAC* se profile, que la sécheresse brûle les prairies de ce pays, que le prix du foin s'envole, que les grands gibiers font des dégâts désastreux, etc... on assiste à des débats de comptoir entre technocrates de l'environnement, aux discours simplistes entre pro et anti chasse, aux délires économiques des agri-farmers côtés en bourse parlant de conquête des marchés internationaux... et on se demande bien qui va savoir parler au nom des paysans de ce pays !

Mais s'il y a bien une organisation qui sait parler en notre nom, c'est la Confédération paysanne ! Quand d'autres faisaient des courbettes aux politiques pour protéger leur siège, on s'est battu pour protéger les terres agricoles, nos fermes et nos vies. On a rassemblé, on a discuté, on a agit… et on a gagné ! L'A45 a été abandonnée !

Quand on se bat contre l'industrialisation des fermes d'élevage – cible préférée des fondamentalistes végans – et qu'on prône une troisième voie, l'élevage paysan, c'est l'avenir des agriculteurs de ce pays qu'on défend. Le bon sens c'est nous !

Et on sait aussi se retrouver pour partager de bons moments et des bonnes idées. C'est ce qu'on a fait à Haute-Rivoire lors de la fête de l'agriculture paysanne, une très belle fête qui a fait le plein de monde et d'énergie pour les mois à venir. C'est aussi comme ça que l'on aime notre campagne !

Alors, c'est fini les idées reçues sur la Confédération paysanne, fini le repli perpétuel vers un syndicat majoritaire qui ne nous défend pas. Plus de doute ! En janvier 2019, pour les élections, pensez à voter pour la Confédération paysanne !

 

Antoine PARISET

Maraïcher à Orliénas

Porte-Parole de la Confédération paysanne du Rhône

MOBILISATIONS
Non à l'A45 !
Victoire ! Mobilisation exemplaire contre ce projet d'autoroute d'un autre siècle entre Lyon et St Etienne, relancé ...
en savoir +

Pour un revenu agricole décent !
Législatives et états généraux de l'alimentation en 2017, loi agricole prévue en 2018... La Confédération paysanne ...
en savoir +

Pétition pour une justice vraiment accessible
Le projet de "Nouvelle loi sur la justice" rend notamment l'avocat obligatoire devant le Tribunal paritaire des ...
en savoir +
LA CONF SUR LE WEB
Suivez-nous sur Twitter !Suivez-nous sur Facebook !Google+ Flux rss des communiqués de presse
Mentions légales