du Rhône

le Réveil Paysan


16 euros (4 numéros) par an pour
  • s'informer avec un autre regard sur l'actualité agricole du Rhône
  • soutenir la Confédération Paysanne du Rhône


(Bulletin d'abonnement en bas de cette page)

Vous pouvez consulter l'edito et le sommaire du numéro en cours. Les anciens numéros sont téléchargeables 3 mois après leur sortie (voir-ci-contre, rubrique "archives")

 

Un journal régulier et de qualité


Depuis 3 ans, de gros efforts ont été faits pour améliorer le contenu et la présentation du Réveil Paysan. Aujourd'hui, le nombre d'abonnement est en hausse et tout le monde s'accorde à dire que le journal est clair, facile à lire, avec des sujets intéressants et locaux qu'on ne lit pas ailleurs. Le journal est passé de 8 à 12 pages il y a un an, dont 4 en couleur, sans hausse de tarif.



Un autre éclairage agricole


La Chambre d'agriculture du Rhône, qui est pourtant la maison de tous les agriculteurs,  finance exclusivement l'hebdomadaire agricole du syndicat majoritaire. Imaginez un instant qu'une chaîne publique ne diffuse que les communiqués de presse du parti au pouvoir ! En vous abonnant au Réveil Paysan, vous aurez un autre éclairage sur l'actualité agricole du Rhône, pour vous faire VOTRE opinion.



Une façon de soutenir la CP69


En vous abonnant, vous permettez à la Confédération Paysanne de continuer à donner la parole à d'autres voix paysannes. Paysans et paysannes du Rhône, vous pouvez aussi adhérer pour faire vivre nos idées, défendre
l'agriculture paysanne et œuvrer pour la défense de notre revenu et de nos droits.


Le numéro du mois

n° 109 - janvier 2018
Editorial
Sommaire Dossier Archives

Editorial

Et maintenant, l'A45 !



A l'heure où nous bouclons, le gouvernement vient d'annoncer l'abandon du projet d'aéroport à Notre-Dame des landes. C'est une grande et belle victoire, pour les 1600 hectares de terres menacées, pour les paysans et militants qui luttent depuis tant d'années ! Preuve que la lutte paie !

Nous attendons maintenant une décision du même ordre pour l'A45, un projet inutile et coûteux qui priverait l'agriculture de plus de 500 hectares de terres agricoles.

Au rayon des bonnes nouvelles également, après maintes péripéties, la liberté vaccinale et la liberté des mouvements d'animaux pour la FCO* vient d'être obtenue ! Dès la découverte du premier cas de sérotype 4 en Haute Savoie, un périmètre avait été établi avec obligation de vaccination, puis d'autres cas ont suivi, à leur tour entourés de leur « périmètre de sécurité ». On laissait alors entendre qu'une obligation vaccinale généralisée allait certainement voir le jour... C'est la multiplication des cas qui a forcé les services sanitaires à faire des tests sur d'autres lieux et sur des bêtes ne présentant apparemment aucun signes cliniques, et là surprise... !! on découvre que le virus était déjà présent et ceci depuis parfois plusieurs mois ! Devant l'ampleur du développement du virus d'un côté et le nombre limité de vaccin de l'autre, les services sanitaires ont finalement revu leur copie et décidé de rendre la vaccination facultative... Tout le monde s'accorde maintenant à dire qu'il est impossible d'éradiquer cette maladie, ce que la Confédération paysanne martèle depuis déjà longtemps ! On passe donc subitement d'un « grave virus à éradiquer », à un virus « peut-être pas si dangereux que ça ! », finalement, puisqu'il est déjà présent de partout. Une telle volte-face et la gestion aléatoire de ces crises sanitaires laissent quand même à désirer.

Bien sur, la liberté vaccinale va dans le bon sens,
mais nous savons tous que lutter contre ces problèmes sanitaires passe, avant tout, par moins de concentration dans les élevages, moins de déplacements et de transport, et moins de regroupements intensifs de bêtes. Alors, comment comprendre que des projets comme la ferme des 1000 vaches dans la Somme ou le regroupement de 4000 bovins en Saône et Loire puissent voir le jour dans un contexte pareil ! Heureusement, des citoyens et des paysans avertis se battent contre de tels projets.

Mais restons positifs ! Ici et là
, la relève poursuit son chemin, des jeunes motivés sont là, prêts à prendre la suite de cédants convaincus de la pertinence de continuer à faire vivre leur ferme... Récemment paru, le recueil des témoignages de cédants réalisé par l'Addear, prouve une fois de plus que nous avons raison de ne rien lâcher, et qu'il faut continuer à nous battre chaque jour pour défendre nos droits, notre métier et notre façon de voir le monde agricole !

En 2018, nous devons « réveiller le monde agricole », c'est le slogan de notre prochaine AG et le lancement de notre campagne pour les élections chambre. Dans moins d'un an, la Conf' doit convaincre les paysans de voter pour le seul syndicat qui les défend vraiment, qui propose une véritable transition vers une agriculture qui gagne (droit au revenu, qualité des produits, respect de l'emploi paysan et de l'environnement, des fermes à taille humaine, vivables et durables, etc.), au lieu de les emmener dans le mur. Réservez votre journée du 30 janvier et venez en discuter à l'AG !


Kévin BROUILLET,

paysan à Riverie

MOBILISATIONS
Pour un revenu agricole décent !
Législatives et états généraux de l'alimentation en 2017, loi agricole prévue en 2018... La Confédération paysanne ...
en savoir +

Non à l'A45 !
Relancé avec l'arrivée de M. Wauquiez à la région, ce projet d'autoroute d'un autre siècle entre Lyon et St Etienne ...
en savoir +

La REGION doit soutenir la BIO, l'INSTALLATION, les CIRCUITS COURTS !!!!
Le réseau INPACT lance une pétition pour interpeler le nouvel exécutif de la Région Rhône-Alpes Auvergne. La Région ...
en savoir +
LA CONF SUR LE WEB
Suivez-nous sur Twitter !Suivez-nous sur Facebook !Google+ Flux rss des communiqués de presse
Mentions légales