Home > Actualités > 400 personnes contre la ferme-usine des 4000 bovins de Saône et Loire
Partager sur :
ELEVAGE
07.11.2017

400 personnes contre la ferme-usine des 4000 bovins de Saône et Loire

07.11.2017 - Digoin.

Une bonne nouvelle a réjoui les 400 personnes venues dénoncer ce projet de ferme usine : le commissaire enquêteur a donné un avis négatif !

Ce 7 novembre, la Confédération paysanne a rassemblé 400 citoyen-ne-s et paysan-ne-s contre un projet de centre d'allotement géant en Saone et Loire. Dans le même temps, le commissaire enquêteur a donné un avis négatif au projet.

 

Qu'est-ce que ce projet de ferme-usine ?

 

En Saône-et-Loire, une exploitation accueillant déjà 320 vaches allaitantes et 240 places d'engraissement demande une autorisation pour créer un centre d'allotement et de quarantaine de près de 4000 bovins destinés à l'export.

 

 


[VIDEO] Laurent PINATEL "Aucun avenir pour les éleveurs charolais avec ce genre de projets"

 

Prise de parole de Laurent PINATEL, Porte-parole de la Confédération paysanne, lors de la mobilisation du 7 novembre à Digoin.

 

 

 

Revue de presse

 

[PHOTOS] Le journal de Saône et Loire
Ferme aux 4 000 bovins : la Confédération Paysanne en rangs serrés

de belles photos

 

Le journal de Saône et Loire
Près de 400 manifestants contre le projet de centre aux 4000 bovins

 

[SON] France info
Ferme de 4 000 vaches en Saône-et-Loire : "Arrêtons de faire des fermes-usines qui n'ont aucun sens"

article + interview radio de Laurent PINATEL

 

France 3
Projet de ferme de 4000 vaches à Digoin : le commissaire enquêteur émet un avis négatif

 

[VIDEO] France 3
Digoin : une manifestation contre le projet de ferme des 4000 vaches

article + vidéo

 

Web agri
La Confédération paysanne veut bloquer un projet de ferme de 4.000 bovins

 

Reporterre
Il y avait les 1000 vaches. Voici la ferme-usine des 4000 veaux


 


 

Pourquoi la Confédération paysanne s'y oppose ?

 

4000 bovins dans le but de conquérir le monde ! Voici la nouvelle invention des promoteurs de l'industrialisation de l'agriculture pour la viande bovine. Chine, Maroc et bientôt la lune, ils nous promettent une agriculture industrielle qui s'exporte partout dans le monde.

La Confédération paysanne s'oppose à ce projet, qui contribue à enfermer les éleveurs bovins dans un modèle qui a déjà conduit nombre d'entre eux au désastre. Le projet ne semble pas être en mesure de respecter les réglementations, pourtant de moins en moins contraignantes, qui incombent aux fermes-usines. Mais surtout, il contribue à engager encore plus nos fermes vers un mirage exportateur qui n'a jamais renfloué nos trésoreries, n'a jamais amélioré la transmissibilité de nos outils de travail et n'a jamais stabilisé nos revenus. Les exportations vers le Maghreb et la Turquie représentent certes des opportunités de marché, mais celles-ci restent extrêmement volatiles et leur bénéfice économique revient avant tout aux intermédiaires. Quant aux envois de broutards vers la Chine, ils sont tout simplement interdits.

La filière charolaise est en crise structurelle depuis vingt ans ! A l'heure où nous, éleveurs, subissons des attaques des plus virulentes de groupe anti-spécistes, est-ce avec ce genre de projet que nous allons renforcer l'image qualitative de l'élevage charolais ? Pour la Conf, la réponse est clairement non ! Ce centre d'allotement géant, suite logique à l'industrialisation des élevages et des abattoirs, n'est que de la poudre aux yeux des éleveurs !

Seule une véritable politique de régulation de la production, combinée à l'adéquation de l'offre à la demande intérieure et à l'interdiction de l'achat des productions agricoles en-dessous de nos coûts de production, permettra de redonner un véritable revenu aux éleveuses et éleveurs de vaches allaitantes.

 

 

 

NOUS CONTACTER Mentions légales Confédération Paysanne du Rhône -
58 rue raulin - 69007 LYON - 04 78 38 33 97 - 69[at]confederationpaysanne.fr