du Rhône

BIO

L'état se désengage de l'agriculture biologique !

22.09.2017 .


22.09.2017 Par l'annonce faite au salon Tech & Bio ce 20 septembre, indiquant que l'État ne participerait plus au financement des aides au maintien bio, le ministre Stéphane Travert dit clairement au monde agricole et à la société : « le marché décidera » !

 

 

 

 

Les faits 

L'Etat ne finance plus les aides au maintien à l'agriculture biologique dès 2018

 

L'Etat va cesser à partir de 2018 de verser des « aides au maintien » des agriculteurs biologiques, pour se « recentrer » sur les « aides à la conversion » destinées à lancer des débutants du bio, a annoncé mercredi le ministre de l'agriculture Stéphane Travert lors de sa visite du salon Tech&Bio, à Valence (Drôme) . il a également ajouté "C 'est au marché de soutenir le maintien de l'agriculture biologique car la demande est là et il faut que nous soyons collectivement en capacité d'y répondre ».

 

 

Ce qu'en pense la Conf

Un grand coup de frein au développement de la bio

 

Par cette annonce, le Ministre Stéphane Travert dit clairement au monde agricole et à la société : « le marché décidera » !

Soutenir le développement de l'agriculture biologique est une nécessité dictée par une triple urgence : l'urgence économique pour beaucoup de paysan-nes à qui la bio permet de dégager de meilleurs revenus tout en préservant leur santé, l'urgence alimentaire de beaucoup de citoyen-nes qui doivent pouvoir accéder à une alimentation de meilleure qualité, et enfin l'urgence écologique.

La décision du ministre révèle un manque de réflexion profond sur l'avenir de l'agriculture biologique. Supprimer les aides au maintien bio pour ne plus soutenir que les conversions envoie un signal désastreux aux paysan-nes : l'Etat vous abandonnera dès votre conversion achevée, et débrouillez-vous seul pour faire face à la pression sur les prix.

Dans l'économie de marché libérale que subissent les paysannes et paysans, les aides au maintien bio sont indispensables pour que l'agriculture biologique se développe au-delà de la niche économique dans laquelle elle se trouve.

La Confédération paysanne trouve scandaleuses les décisions successives du gouvernement.

L'urgence est double : légiférer à l'issue des États Généraux de l'Alimentation pour rééquilibrer le rapport de force entre les paysan-nes et l'aval, et que l'État ré-endosse la responsabilité qui est la sienne, à savoir engager et accompagner la nécessaire transition agricole.


Crédits photos : Vencav-Fotolia
AUTRES ACTUALITES SUR LE SUJET
MOBILISATIONS
Pétition pour une justice vraiment accessible
Le projet de "Nouvelle loi sur la justice" rend notamment l'avocat obligatoire devant le Tribunal paritaire des ...
en savoir +

Pour un revenu agricole décent !
Législatives et états généraux de l'alimentation en 2017, loi agricole prévue en 2018... La Confédération paysanne ...
en savoir +

Non à l'A45 !
Relancé avec l'arrivée de M. Wauquiez à la région, ce projet d'autoroute d'un autre siècle entre Lyon et St Etienne ...
en savoir +
LA CONF SUR LE WEB
Suivez-nous sur Twitter !Suivez-nous sur Facebook !Google+ Flux rss des communiqués de presse
Mentions légales