du Rhône

LAIT

Crise laitière : Urgence, régulation !

Bruxelles, parlement européen . 25.05.2016 . Isabel Villalba, paysanne espagnole représentant la Via Campesina européenne, s'est prononcée en faveur d'une réduction obligatoire de la production.


26.05.2016 Le Parlement Européen s’est penché sur la crise laitière hier et aujourd’hui. Les débats avancent vers une régulation, mais toujours aucune décision concrète. Il y a pourtant urgence à agir ! Compte-rendu et analyse.

 

 

1. Le contexte

 

À l'occasion de l'audition du commissaire à l'Agriculture Phil Hogan par le Parlement européen, ce 25 mai, des experts, représentants de Copa*, Cogeca*, EDA, EMB et Via Campesina étaient invités à donner leur avis sur la crise laitière qui secoue l'ensemble des pays de l'UE*. Les experts se sont adressés aux eurodéputés et ont répondu à leurs questions.

 

 


2. Ce qui s'est dit

 

selon la Commission européenne, la balle est dans la camp des producteurs européens – encouragement à conclure des accords sur les mesures de réduction volontaire (Article 222). Pourtant, les mesures proposées lors des précédentes réunions consacrées à la crise laitière, en particulier à une régulation volontaire des volumes, n'ont en rien agi sur les volumes de lait produit. Le marché mondial est saturé, et l'UE* est en grande partie responsable de cet excédent de lait (en particulier le Danemark, l'Irlande)

les 5 experts étaient tous d'accord : la production doit être limitée rapidement au niveau européen. Via Campesina s'est prononcée pour une réduction obligatoire.

selon les eurodéputés (parlement) : les aides de 500 millions d'euro n'ont pas eu d'effet. Les eurodéputés se prononcent généralement en faveur d'une limitation de la production. De nombreux députés demandent même une réduction obligatoire. Les eurodéputés exigent une solution au niveau européen et des incitations financières pour les mesures de réduction.

 

 

3. La vidéo complète de la réunion

 

L 'audition est disponible dans toutes les langues de l'UE* sur le lien : http://www.europarl.europa.eu/news/en/news-room/20160520IPR28315/Committee-on-Agriculture-and-Rural-Development-meeting-25052016

Vous pourrez écouter l'intervention de Isabelle Villalba, de la Via Campesina, syndicat européen auquel adhère la Confédartion paysanne,  à partir de 1:10:25.
 

 

4. L'avis de la Confédération paysanne

 

Le fameux article 222 qui permettrait une régulation volontaire de la production ne changera rien à la situation catastrophique des éleveurs laitiers. Opérateurs et Etats membres se renvoient la balle, attendant chacun que les autres fassent le premier pas. Pendant ce temps-là, la situation des éleveurs continue de se dégrader, avec de plus en plus de cessations d'activité. Nous avons besoin en urgence d'un dispositif de régulation obligatoire et concertée au niveau européen !

Tous les budgets débloqués pour l'intervention publique, le stockage privé, la promotion et l'export coutent aux contribuables et sont sans effet concret pour les éleveurs. Plus d'un an après la fin des quotas, cette farce a trop duré. L'efficacité des dispositifs passe par un engagement obligatoire et immédiat de réduction de la production et c'est aux parlementaires européens d'avoir le courage de prendre une décision en ce sens, puisque Conseil (= ensemble des minitres des Etats de l'UE*) et Commission (hauts fonctionnaires de l'UE*)  n'assument pas leur rôle. A terme, une réforme en profondeur de l'OCM* est nécessaire pour établir des mécanismes de prévention des crises, à l'instar d'une gestion dynamique de la production comme le revendique la Confédération paysanne et la Coordination européenne Via Campesina.


(Communiqué de presse Confédération paysanne du 26 mai 2016)

Mentions légales